Dans les coulisses de la Crèche

Dans les églises de notre Unité Pastorale nous avons célébré ces jours-ci la fête de Noël.
Nous avons pu nous plonger dans les multiples dimensions de cette fête si particulière et si chère à nos cœurs.
Dans chacune de nos églises le décor de la nativité a servi de cadre à ces moments de douceur qui nous enveloppent physiquement, psychiquement et spirituellement du mystère de Noël.

Derrière tout cela, dans l’ombre, des mains bénévoles ont œuvré.
Elles ont véhiculé des planches, enfoncé des clous, tirés des kilomètres de câbles …
Elles se sont battues avec les personnages de la crèche pour les positionner, les restaurer, les habiller …
Elles ont tiré de lourds sapins tout piquants et collants, les ont dressés, les ont décorés et ont ramassé les larges traînées d’aiguilles vertes dont ces « rois des forets » n’ont pas hésité joncher le sol.

Dans quelques jours ces même mains s’affaireront à nouveau dans l’ombre pour débrancher, démonter, déshabiller, dévisser, plier, ranger, nettoyer, brosser … pour rendre à nos églises leur aspect habituel. Et ces jours de la Nativité glisseront dans nos souvenirs.

A toutes ces mains bénévoles, indispensables et silencieuses – dont Pamphile et Emile sont les prototypes – , et à leurs conjoints patients et à leurs familles tolérantes nous voudrions dire …

MERCI !

Communiqué des équipes de l’église Saint-Marc :

UNE DÉCOUVERTE STUPÉFIANTE A UCCLE.

Ce 18 décembre, en déblayant le « capharnaüm » d’objets inutiles accumulés depuis des décennies dans le grenier de la sacristie de St.Pierre, une toile de grandes dimensions enroulée a été découverte au fond d’une armoire qui, manifestement n’avait plus été ouverte depuis des temps immémoriaux.
Déroulée avec précautions, est apparue à nos yeux stupéfaits une peinture de Primitifs Flamands représentant le voyage de Marie et Joseph vers Bethléem.
Rapidement contactés, les experts de l’Institut du Patrimoine Artistique l’ont authentifiée comme une œuvre de jeunesse, jusqu’à ce jour non répertoriée, d’Hubert Van Eyck (grâce à la signature dans la lisière inférieure).
Outre le fait qu’une œuvre de cette époque est rarement signée, le sujet lui-même ne semble n’avoir jamais été traité à cette époque (peut-être que Pieter Breughel en a eu connaissance et l’a inspiré pour son fameux« Dénombrement de Bethléem », mais le sujet reste controversé).
Toujours est-il qu’en attendant de pouvoir l’admirer à Gand où va s’ouvrir une exceptionnelle exposition consacrée aux frères Van Eyck ,I’ œuvre est actuellement exposée, pour un temps limité à l’entresol de l’escalier de St Marc (ouvert pendant les heures d’offices).
Nul doute que tous les amateurs de peinture se presseront pour découvrir ce témoin exceptionnel de l’art médiéval.

E.W.
Conservateur

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.