La passion des chercheurs de trésor

Reproduction du tableau de Rembrant :
« La Parabole du trésor caché »

Evangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (13,44-52)

Jésus, comme tous les conteurs d’Orient, ne parle pas de façon abstraite. Il raconte des paraboles qui même racontées une seule fois restent gravées dans la mémoire. Jésus parle de Dieu à travers un langage et des situations vécues par les gens à qui il s’adresse. Un public d’agriculteurs, des marins des bords du lac de Tibériade, des commerçants.

Jésus compare le royaume des cieux à un trésor. En Orient, au temps de Jésus, les trésors ne devaient pas manquer. Il n’y avait pas beaucoup de banques pour mettre en sécurité ses économies. Il y avait beaucoup d’histoires de trésors cachés. Le propriétaire enfouissait dans la terre des valeurs pour les protéger des voleurs ou dans l’espoir de les retrouver après la tourmente sans compter les richesses ensevelies dans les décombres des villes détruites par les guerres et les invasions.

Encore aujourd’hui, la recherche de trésor est à la mode, on ramène du fonds des océans, des restes de navires, disparus depuis des siècles avec de fabuleuses richesses. Des mordus qui se promènent sur nos plages avec un détecteur de métaux pour retrouver bracelet et colliers perdus dans le sable au cours de la journée. Ce qui caractérise ces chercheurs de trésor, c’est la passion avec laquelle ils vont investir du temps et de l’argent pour se procurer le matériel de détection nécessaire pour découvrir un hypothétique trésor.

Dans cet évangile, Jésus veut nous dire clairement que seul Dieu mérite qu’on lui sacrifie tout. L’entrée dans le royaume requiert une décision forte, un choix radical de notre part. Suis-je disposé à tout donner si nécessaire pour vivre avec Dieu ? Dieu est-il quelqu’un qui compte beaucoup dans ma vie ou est-il un personnage plus accessoire ? Concrètement, qu’est-ce que je fais pour toujours mieux le connaître et approfondir ma relation avec lui ?

Quand les maisons de sondage interrogent les gens sur ce qu’ils estiment être le plus important dans leur vie, il est très rare de voir les gens placer Dieu parmi les réalités les plus importantes de leur vie même pour les croyants. Nous sommes souvent en quête de choses somme toute futiles : gagner au loto, acquérir une grosse villa, un beau domaine, passer sa vie à voyager. Dans nos vies, on donne beaucoup trop d’importance à ce qui est superficiel et secondaire et on passe à coté de l’essentiel. On peut être capables de faire des sacrifices énormes pour des choses qui nous tiennent à cœur. Des sportifs qui se privent de quantité de choses pour battre un record dans leur discipline, des parents qui se sacrifient pour payer des études à leurs enfants, des étudiants qui passent des nuits blanches pour réussir des examens.

Pourtant, ceux qui ont misé sur Dieu, ils sont gagnants à coup sûr. Nous jouons notre éternité, l’enjeu est capital et vaut la peine d’être pris en compte. Des parents qui disent à leur enfant qui ne travaillent pas assez peu en classe : « Tu joues ton avenir, penses-y ». Et nous, est-ce que nous travaillons suffisamment à notre éternité. Que faisons-nous de ces quelques années de vie qui nous sont accordées ? Pour Jésus, le royaume de Dieu est une réalité qui vaut la peine de tout sacrifier pour le découvrir et en vivre. Jésus a montré l’exemple, ce royaume lui a coûté cher, la vie.

Abbé François

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.