L’heure est venue …

A la fin du mois de janvier dernier, lorsque Mgr Kockerols m’a convoqué, je savais d’avance que c’était pour m’annoncer ma nouvelle nomination. A plusieurs reprises, il m’avait déjà fait sous-entendre, qu’après 9 ans à Uccle, le moment était venu de changer d’unité pastorale.

L’abbé François à son arrivée dans l’UPB

Au lendemain de mon ordination presbytérale à la cathédrale, le 19 juin 2011, j’étais nommé coresponsable dans l’unité pastorale Boetendael. Les 3 années de philosophie au séminaire de Limelette et les 4 années de théologie à Louvain-la-Neuve ont certainement beaucoup contribué à approfondir ma connaissance des Ecritures et à approfondir ma vie intérieure et spirituelle. Mais malgré nos stages en paroisses, la formation du séminaire était loin d’être concrète.

C’est en écoutant les fidèles me partager leurs difficultés, leurs peines mais aussi leurs joies que j’ai beaucoup appris. Rien de tel que la formation à l’école de la vie. L’avant-veille de mon ordination presbytérale, je prenais conscience que j’allais devoir célébrer la messe. Assister à la messe comme fidèle est une chose ; mais devoir la présider en est une autre. Il était peut-être temps que j’ouvre enfin le missel pour repérer les pages des prières eucharistiques et oraisons diverses.

Devant mon inexpérience et mon inquiétude face à ma première messe que j’allais devoir célébrer, au lendemain de mon ordination, un prêtre formateur du séminaire m’a fait célébrer plusieurs fois de suite des « messes blanches » pour m’initier à la gestuelle accompagnant les prières de l’eucharistie. Je lui en serai éternellement reconnaissant. De plus, pour ma première messe, j’ai été merveilleusement assisté par le doyen de Jodoigne où je terminais mon stage avant de venir m’installer à Uccle. Cet été-là, les vacances ont passé très vite : pèlerinages, JMJ et messes d’adieux aux paroissiens de Saint-Médard et de Saint-Lambert.

L’abbé François concélèbre le vendredi saint avec l’abbé Guy

Il fallait que j’entre en fonction, dès le 1er septembre, pour seconder l’abbé Guy Van den Eeckhaut avec qui je partagerai une vie communautaire durant 6 ans. Mis à part les messes quotidiennes, je n’avais pas de grandes responsabilités – ce qui me laissera du temps pour la prière, l’accueil et surtout l’écoute des paroissiens. C’est une grande grâce de notre ministère sacerdotale de pouvoir écouter des personnes qui livrent leur cœur sans détour et sans fard. Le prêtre est ainsi témoin de la croissance spirituelle de ses paroissiens et de la grâce agissante dans le cœur de nombre d’entre eux. Malgré une laïcisation évidente de notre société, je suis frappé de constater que la plupart des fidèles souhaitent encore toujours aller trouver un prêtre. Le curé d’Ars disait : « la mission du prêtre est grande, unique et irremplaçable ». L’Eglise a plus que jamais besoin de prêtres. Continuons donc à prier le Seigneur pour qu’il suscite des vocations sacerdotales et religieuses pour sa moisson.

La Joie de l’Ecoute

La Joie de
célébrer..
d’initier

Print Friendly, PDF & Email

2 réflexions sur “L’heure est venue …

  • 31 octobre 2020 à 23:27
    Permalien

    J aimerais etre informée des activités de la paroisse..mercii

    Répondre
  • 23 août 2020 à 09:40
    Permalien

    Merci François !
    Belle synthèse en photos de ces 9 années de présence, de disponibilité, d’attention, d’écoute…
    Ainsi passe ‘la Lumière’, tout simplement,
    comme à travers un vitrail aux multiples couleurs.
    Ainsi va la vie, d’étape en étape, de souvenirs en découvertes…
    L’inattendu de Dieu.
    Bon vent ! ( – une brise joyeuse et légère – )

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.