Rencontrons Dieu en suivant Jean-Baptiste

2e dimanche de l’Avent B 

Mes amis, nous entrons aujourd’hui dans le deuxième dimanche de l’Avent. La liturgie de ce dimanche, notamment à travers l’appel du prophète Isaïe (dans la première lecture – Is 40, 1-5.9-11) et celui de Jean Baptiste (dans l’Evangile – Mc 1, 1-8), nous invite à « préparer le chemin » pour que le Seigneur vienne : qu’Il entre dans nos cœurs, dans nos vies, dans nos familles, dans nos communautés et dans notre monde.

L’apparition de Jean-Baptiste et son appel à la pénitence, dans le désert, est l’accomplissement de la prophétie d’Isaïe. Mais ce qui est plus important que cet accomplissement, c’est la personne de Jean Baptiste elle-même, son mode de vie et ses enseignements, sa simplicité, son humilité, son honnêteté et sa droiture….

Cela montre les moyens et les conditions indispensables pour ceux qui veulent atteindre le salut, qui veulent rencontrer Dieu et sa grâce, qui veulent se rencontrer eux-mêmes, rencontrer les autres et donc rencontrer la vie. Le salut de Dieu, et les fruits de sa venue en ce monde ne sont pas d’autres que l’amour et la paix en homme, et entre les hommes.

Oui, Dieu ne cesse de venir en chacun de nous et en ce monde, mais sa « visibilité » et l’expérience de sa présence et de son intervention, dépendent beaucoup de la disposition de notre cœur et de notre mode de vie.

La repentance, dans l’appel de Jean-Baptiste, n’est pas un simple appel à renoncer au péché ou au mal, mais c’est un appel à marcher sur le chemin qui mène à Dieu. C’est choisir Dieu, choisir la vie, choisir l’amour, choisir la paix et la vérité, pour soi et pour tous.

L’humilité, l’honnêteté et la droiture de Jean Baptiste devant Jésus nous aident également à discerner le vrai sens ou le but ultime de notre vie. C’est pour que « Dieu et son amour soient manifestés ».

Oui, comme Jean, si nous sommes venus en ce monde, c’est pour y rendre Dieu visible et devenir des ponts entre Dieu et l’homme.

TROP PRÉTENTIEUX ? Peut-être, mais vraiment authentique. Nous sommes « des ponts » entre les hommes et entre les hommes et Dieu. Nous sommes tous des « pontifes », oserions-nous dire. 

Bien sûr, nous ne sommes pas parfaits. Cependant, notre mission, notre épanouissement, ou notre bonheur, ce n’est pas la perfection, mais une démarche permanente, dans l’honnêteté et l’humilité ; une dynamique toujours en route vers Dieu, et donc vers la Vie.

C’est est le chemin de Dieu vers la personne, et le chemin de la personne vers Dieu et le prochain.  C’est s’élancer dans la vie, prendre le risque d’aller vers Dieu et vers la vie, les accueillir et se laisser accueillir … Amen.

Fr. Tam Nguyen, O.P.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.