Que la prière nous donne des ailes

Je n’ai pas le temps de lire, sauf avant de m’endormir et encore – je finis par relire la même page tous les soirs. J’aimerais avoir le temps de lire, de réfléchir, de contempler ; mais je cours du matin au soir – les courses, faire à manger, organiser ceci, internet cela. Pourtant je suis une personne introvertie ; j’ai besoin de silence, de solitude, de communion avec moi-même, avec Dieu. Je ne sais pas si vous l’avez lu ; mais j’étais interpellée par un article dans le journal ‘Dimanche’ du 4 octobre (que je viens de regarder – pas de surprise).

C’est un article sur la contemplation. Cela parle d’abord de la « distinction classique entre religieux actifs et religieux contemplatifs » ; ceux qui travail ‘dans le monde’ et ceux qui vivent à l’abri, dans les monastères ou dans les couvents. J’ai vécu un weekend de yoga et silence à l’abbaye Notre-Dame de Clairefontaine à Bouillon l’année dernière et c’était tellement nourrissant. Mais c’était à part – cela ne faisait pas partie de ma vie ‘normale’. Or, comme dit Christophe Herinckx dans l’article, « contemplation et action s’appellent mutuellement, elles renvoient l’une à l’autre ».

Alors si notre mission est de vivre notre foi en plein monde, comment vivre cette partie ‘contemplation’, surtout en ce temps ou nous n’avons pas la célébration eucharistique pour nous ressourcer? En plus, étant quelqu’un qui aime chanter, pas de chants ; adoration oui – mais à haute voix où je me sens emporter par l’Esprit Saint dans les endroits sacrés. Et l’article en parle justement.

Dans le domaine de l’art – une peinture, une sculpture, une chanson, une symphonie… « soudain nous sommes touchés au plus profond, nous sommes ‘pris’ par les paroles et la musique, nous vibrons, nous entrons en résonance avec elle, nous comprenons, vivons ce que nous entendons. (…) Il s’agit d’une forme de communion spirituelle. 

Avec quoi sommes-nous alors en communion ? (…) Dieu se donne à contempler à travers la nature, la vie, l’art. Également à travers la sœur et le frère, en particulier le plus pauvre. (…) A ce moment c’est Dieu qui nous saisit, Mystère insondable que nous ne pouvons saisir, Lumière intérieure, Feu vivant qui brûle sans blesser.

Je sens que j’ai encore beaucoup de chemin à faire. Je suis inspirée pourtant par cet article et aussi la vie de Michael Lonsdale (hommage dans le même numéro), cet acteur connu pour son rôle dans ‘Le nom de la rose’, qui disait : « La prière est devenue constante en moi. Elle surgit spontanément en marchant, dans le métro, dans l’automobile, en toute occasion. Je l’inclus dans mes actions. Cela me donne des ailes. »

Que la prière nous donne des ailes en ce temps de l’Avent et le temps de Noël qui arrive.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.