In the beginning was the Word

Au Commencement

(Jn 1,1-18, évangile du jour de noël)

Les premiers mots de la Bible, les premiers mots du livre de la Genèse sont « Au commencement Dieu créa le ciel et la terre. La terre était informe et vide, les ténèbres étaient au-dessus de l’abîme et le souffle de Dieu planait au-dessus des eaux. Dieu dit : « Que la lumière soit. Et la lumière fut. Dieu vit que la lumière était bonne et Dieu sépara la lumière des ténèbres. »

Les premiers mots de l’Evangile de Jean, les premiers mots de ce matin de Noël sont « Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était au commencement auprès de Dieu… En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ; la lumière brille dans les ténèbres et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée… Le Verbe était la vraie lumière qui éclaire tout homme en venant dans le monde. »

Quelle merveilleuse et divine similitude ! Quelle beauté de Dieu dans la continuité de la construction de l’histoire du Salut, de l’histoire de l’humanité !

Au premier jour de la Création, « le terre n’est que ténèbres », Dieu parle et appelle la lumière sur la terre. Pour saint Jean, dans l’Evangile, « La lumière brille dans les ténèbres et ceux-ci ne l’arrêtent pas ». On est déjà bien au-delà d’une séparation de la lumière des ténèbres, on est dans la domination de la lumière sur les ténèbres.

Dieu avait parlé mais désormais Il envoie son propre Fils pour être le Verbe ! Mais « le Verbe était Dieu », ils ne font qu’un, comme le dira, avec force, plus tard, le même saint Jean. Et, de plus, au commencement, « le souffle de Dieu planait », l’Esprit-Saint. Voilà donc, dès le début, la Trinité, la lumière que Dieu appelait à la Genèse est, depuis cette nuit, fulgurante. Jésus, l’Emmanuel, Dieu avec nous, « en Lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes… le Verbe était la vraie lumière ».

Dieu avait parlé et on l’avait si peu entendu, alors Il envoie au cœur du monde ce qu’il a de plus cher, tout son Amour : son Fils unique pour donner la Vie et « la lumière qui éclaire tout homme ». La Parole de Dieu, le Verbe, s’est faite enfant, a pris notre chair, notre fragilité. Et il prend naissance, dans le silence. Un silence éloquent parce que sa Parole a pris chair.

Abbé Robert.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.