C’est à Moi que vous l’avez fait

Samedi 16 et dimanche 17 janvier ont eu lieu les rencontres des matinées de la Foi. Dans le prolongement du thème « Comment rendre les gens heureux », nous avons échangé et prié sur la phrase d’Evangile « Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait » Mt 25 ; 40.

Qui d’autre que Mère Teresa aurait su mieux porter ces paroles en actes ? C’est pourquoi nous avons choisi de présenter sa vie et son œuvre aux enfants. De plus, nous avons la très grande chance d’avoir Sœur Ginette, qui a eu l’occasion de la rencontrer à Calcutta, et qui a accepté de nous livrer un beau témoignage. Nous ne résistons pas au plaisir de vous le partager ci-dessous.

Le témoignage de Sœur Ginette :

CALCUTTA Octobre 1983

Le désir de partir pour donner de mon temps, de mon argent, au nom de ma foi, était là depuis longtemps déjà ! En famille, nous étions toujours prêts à accueillir les missionnaires qui revenaient en congés. C’étaient des amis. J’étais fascinée par leurs histoires. Partir, ne pas m’installer, donner un sens à ma vie, donner ma vie pour Dieu, pour les autres, était comme un appel ! J’avais 24 ans. Je n’étais pas religieuse à ce moment-là. J’étais infirmière à Nantes depuis 3 ans, bien implantée, avec appartement, tout le nécessaire, un métier passionnant, un groupe de prière, l’aumônerie de lycée, beaucoup d’amis ; pas de télé ! Inutile ! J’ai commencé à m’investir avec Médecins sans Frontières . Puis j’ai pris une année de disponibilité pour faire la formation de médecine tropicale à l’Institut d’Anvers et envisager un départ ! Je cherchais une association où ma foi pouvait s’exprimer !

J’ai fait la connaissance de l’Association des amis de Mère Térésa, rencontré des anciennes volontaires : c’était là comme une évidence ! Et« Ayer is gone, tomorrow has not yet come, but we have only today to make Jesu known, served and loved. » Mother. Quatre mois dans une vie, c’est peu ! Mais cela peut changer une vie !!! j’ai posé la question à une amie qui travaillait dans le même service, engagée comme moi, si elle ne voulait pas venir avec moi. Et nous sommes parties toutes les deux…Arrivées en Inde, à New Delhi, nous avons parcouru en train, les 1460 kms qui séparent New Delhi de Calcutta!!! 25 heures de train ; et déjà beaucoup de rencontres et de découvertes !

Arrivées à Calcutta, dans la grande gare de Howra, dans la pénombre, sous une température écrasante, nous nous sommes frayées un chemin entre les corps des personnes déjà installées pour la nuit ! Avant de nous investir dans un lieu précis, nous avons pris le temps de regarder, de chercher. Personne ne nous attendait ; mais rapidement, nous avons rencontré d’autres bénévoles de tous pays d’origine.

Nous sommes allées régulièrement à Mother House, pour la messe qui était tôt le matin. En chemin, nous devions regardé où nous avancions pour ne pas marcher sur une de ces personnes n’ayant que le trottoir comme maison !

Voici le déroulement d’une de nos journées : Kalighat le matin, après un trajet pénible en bus, dans un quartier très animé près d’un temple. Dans ce « home » qui accueillait des personnes ramassées sur le trottoir, régnait une grande paix : surprenant ! Reprendre des forces, en recevant de la nourriture, quelques soins rudimentaires, et surtout de la chaleur humaine, de l’amour. Arrivées avec médicaments et matériel, nous nous sommes vite rendues compte, que l’Essentiel était ailleurs, dans la présence, le don gratuit, l’attention !

L’orphelinat l’après-midi, plus près de notre lieu d’hébergement. Nous allions à pied ; ce qui nous permettait de faire de belles rencontres. Nous retrouvions des enfants confiés par leurs parents, ou trouvés. Ils nous attendaient : « Hello anti » nous criaient-ils en nous apercevant! Nous étions du côté des enfants fragiles, handicapés, souffrants. Et notre temps était consacré à cageoler, bercer, chanter, donner de l’amour et de l’affection, échanger caresses et sourires…Visages d’enfants soleil comme Puspa ; visages marqués par la tristesse comme Cima. Etre là tout simplement, gratuitement.

Le souvenir de la fête de Noël est toujours présent : nous avons eu la surprise de vivre l’Eucharistie à Kalighat le matin, en présence de Mère Térésa ; et l’après-midi, nous sommes allées partager un moment de joie à l’orphelinat où une fête était prévue. Pas de cadeau, quelques friandises, et des jeux, des chants…Et beaucoup de joie.

Les rencontres avec Mère Térésa étaient émouvantes : une petite femme au visage fripé, son gilet gris sur le dos, et ses yeux pétillants, vifs ; avec le sourire humble d’une personne généreuse, discrète, habitée par un amour qui la dépasse. Alors, ne jamais oublier ce visage, ces visages, et transmettre le message :

« Ayer is gone, tomorrow has not yet come, but we have only today to make Jesu known, served and loved. » Mother

Quatre mois dans une vie, c’est peu ! Mais cela peut changer une vie !!!


QUELQUES PHOTOS EXTRAITES DE L’ALBUM DE SOEUR GINETTE

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.