Homélie dimanche 2 octobre

En ce temps là, les Apôtres dirent au Seigneur : « Augmente en nous la foi ! » Le Seigneur répondit : « Si vous aviez de la foi, gros comme une graine de moutarde, vous auriez dit à l’arbre que voici : “Déracine-toi et va te planter dans la mer”, et il vous aurait obéi. « Lequel d’entre vous, quand son serviteur aura labouré ou gardé les bêtes, lui dira à son retour des champs : “Viens vite prendre place à table” ? Ne lui dira-t-il pas plutôt : “Prépare-moi à dîner, mets-toi en tenue pour me servir, le temps que je mange et boive. Ensuite tu mangeras et boiras à ton tour” ? Va-t-il être reconnaissant envers ce serviteur d’avoir exécuté ses ordres ? De même vous aussi, quand vous aurez exécuté tout ce qui vous a été ordonné, dites : “Nous sommes de simples serviteurs : nous n’avons fait que notre devoir.” » (Luc 17, 5-10)

Homélie

« Augmente en nous la foi ». Cette demande des Apôtres, nous pouvons la faire nôtres. C’est une belle prière, à bien comprendre. Ce n’est pas du même ordre que de demander à Dieu d’augmenter son compte en banque. Celui qui possède quelque chose a peur de le perdre tandis que la foi se vit au présent et se reçoit au quotidien. On ne peut stocker ou emmagasiner la foi comme on emmagasine le blé dans son grenier.

La foi, c’est la confiance en Dieu.

La foi, c’est comme une graine de moutarde, c’est tout petit, mais planté en terre, avec le temps, en acceptant de mourir, cela peut devenir un grand arbre qui porte du fruit. Nous sommes appelés à être ces arbres capables de mourir à nous-mêmes et de porter du fruit. Avec la foi, ces arbres sont même capables de s’enraciner dans la mer, cad en plein milieu hostile. Et là aussi, ils sont capables de porter du fruit. En tout, nous pouvons être victorieux.

Jésus est cet arbre qui a remporté la victoire. Son bois est le bois de la Croix. La croix est signe de la victoire de l’amour sur la souffrance et la mort. La croix du Christ a porté du fruit, des fruits d’amour.

Jésus est également le premier serviteur quelconque, inutile. Comment comprendre cela ?  Jésus n’a rien construit de matériel, son royaume n’est pas de ce monde, c’est le royaume de Dieu, le royaume de l’amour. Jésus est le semeur, il est sorti pour semer la Parole de Dieu. La parole de Dieu est cette semence minuscule qui dans notre monde est bien souvent considérée comme inutile, quelconque, et pourtant, que serait notre monde sans l’action de la Parole de Dieu et sans l’action de Jésus ?

Dans notre monde, ce qui est inutile ne rapporte rien, ne vaut rien. Aimer ne rapporte rien, n’est pas rentable.  Aimer peut être jugé inutile. Jésus a choisi d’être ce serviteur inutile aux yeux du monde, d’être serviteur de Dieu, c’est à dire d’aimer comme Dieu, d’aimer gratuitement.

Chrétiens, nous sommes appelés à être ces serviteurs inutiles, en ce sens. Nous sommes au service de Dieu, au service de la grâce, au service de la gratuité, au service de l’amour.

C’est le plus noble des services. Nous en avons de la chance !

Abbé Guy Van Den Eeckhaut (à partir de différentes sources)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.