Prière pour le mois de novembre 2016

1er Novembre : Nous célébrons tous les Saints

2 Novembre : Nous nous souvenons de nos morts.

Deux fêtes qui permettent au peuple de Dieu de se souvenir. Se souvenir de nos ancêtres dans la foi ; ils ont marché, gardant dans leur cœur les promesses de Dieu.

Nous faisons partie de ce peuple qui se souvient

Se rappeler. Se souvenir. Mais de quoi ??

J’écoute aujourd’hui ce qui est écrit dans le livre du Deutéronome et je le reçois, pour moi, aujourd’hui :

“Souviens-toi de la longue marche que tu as faite pendant quarante années dans le désert ; le Seigneur ton Dieu te l’a imposée pour te faire passer par la pauvreté ; il voulait t’éprouver et savoir ce que tu as dans le cœur : allais-tu garder ses commandements, oui ou non ? Il t’a fait passer par la pauvreté, il t’a fait sentir la faim, et il t’a donné à manger la manne – cette nourriture que ni toi ni tes pères n’aviez connue – pour que tu saches que l’homme ne vit pas seulement de pain, mais de tout ce qui vient de la bouche du Seigneur.

Le Seigneur ton Dieu te conduit vers un pays fertile : pays de rivières abondantes, de sources profondes jaillissant dans les vallées et les montagnes, pays de blé et d’orge, de raisin, de grenades et de figues, pays d’olives, d’huile et de miel ; pays où le pain ne te manquera pas et où tu ne seras privé de rien ; pays dont les pierres contiennent du fer, et dont les montagnes sont des mines de cuivre. Tu mangeras et tu seras rassasié, tu béniras le Seigneur ton Dieu pour ce pays fertile qu’il t’a donné. Garde-toi d’oublier le Seigneur ton Dieu, de négliger ses commandements, ses ordonnances et ses décrets, que je te donne aujourd’hui.” (Deutéronome 8, 2-4)

Je me place tout simplement en la présence du Père. Avec Lui, je regarde dans le rétroviseur de ma vie :  Je me rappelle les moments difficiles : mes tentations, mes chutes, mes combats. J’ai éprouvé ma pauvreté, d’autant plus peut être que je voulais m’en sortir seul. Or le Seigneur “ voulait savoir c e que tu avais dans le cœur. Allais- tu garder ses commandements oui ou non ?”

Au fond de ta détresse tu t’es souvenu que la main du Père n’est pas trop courte pour te venir en aide. Tu as crié et Dieu t’a entendu.

A nouveau, je prends conscience que c’est le Seigneur mon Dieu qui me conduit vers les rivières abondantes, un pays où coulent le lait et le miel, pays où le pain ne manque pas.

Je prends le temps de savourer la grâce du souvenir. Il est si facile d’oublier les façons dont le Père m’a soutenu sur ma route. Il est si facile de se croire seul maître à bord et de s’emparer de toutes les commandes.
Je rends grâce. Je bénis Celui qui me conduit et je lui redis tout simplement : “Notre Père qui es aux cieux…”

N’oublie pas la mémoire de ton peuple, Souviens-toi des merveilles de ton Dieu. Va t’abreuver aux sources de l’Alliance, Et tu verras briller le jour de Dieu.

Souviens-toi des marches de ton peuple au désert, (bis) Elles parlent de ta soif aux longs des jours de solitude ; Elles parlent de ta faim au cœur des foules sans parole ;

Souviens-toi des marches de ton peuple au désert, (bis) Elles parlent de la paix là où tu dresses un mur de haine ; Elles parlent de pardon là où tu rêves de violence ;

Souviens-toi des marches de ton peuple au désert, (bis) Elles parlent d’horizon quand tu t’épuises en tes impasses ; Elles parlent de moissons quand la semence tombe en terre ; M.Scouarnec

Une foule immense nous précède dans la Gloire de Dieu.

(Cette prière nous est proposée mensuellement par les soeurs « du Bourdon »)

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.