Prière du mois proposée par les « soeurs du Bourdon »

L’ONCTION DE BETHANIE >Jean 12, 1-9

Six jours avant la Pâque, Jésus vint à Béthanie où habitait Lazare qu’il avait relevé d’entre les morts. On donna un repas en l’honneur de Jésus. Marie faisait le service. Lazare était parmi les convives avec Jésus.

Or, Marie avait pris une livre d’un parfum très pur et de très grande valeur ; elle versa le parfum sur les pieds de Jésus qu’elle essuya avec ses cheveux. La maison fut remplir de l’odeur du parfum…

Judas Iscariote, l’un de ses disciples, celui qui allait le livrer, dit alors : « pourquoi n’a-t-on pas vendu ce parfum pour trois cents pièces d’argent que l’on aurait données aux pauvres ?  »

Jésus lui dit : « Laisse-la observer cet usage en vue du jour de mon ensevelissement ! Des pauvres vous en aurez toujours avec vous mais moi vous ne m’aurez pas toujours… »

LE LAVEMENT DES PIEDS Jean 13, 1-15

Avant la fête de la Pâque, sachant que l’heure était venue pour lui de passer de ce monde à son Père, Jésus ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’au bout.

Au cours du repas … Jésus, sachant que le Père a tout remis entre ses mains, qu’Il est sorti de Dieu et qu’Il s’en va vers Dieu, dépose son vêtement, et prend un linge qu’il se noue à la ceinture ; puis il verse de l’eau dans un bassin. Alors, il se met à laver les pieds des disciples et à les essuyer …

Quand il leur eut lavé les pieds, il reprit son vêtement, se remit à table et leur dit : « Comprenez-vous ce que je viens de faire pour vous ? Vous m’appelez « Maître et Seigneur » et vous avez raison car vraiment, je le suis. Si donc, moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous aussi, vous devez vous laver les pieds les uns aux autres. C’est un exemple que je vous ai donné afin que vous fassiez, vous aussi, comme j’ai fait pour vous. »

Le contexte : l’approche de l’HEURE de Jésus

En Jean 11 : La Pâque des Juifs est proche. Jésus vient de « relever d’entre les morts », Lazare, le frère de Marthe et Ma-rie. A Marthe, Jésus a affirmé : « Je suis la Résurrection et la Vie ». Après ce signe, les pharisiens invitent à « dénoncer Jésus pour qu’on se saisisse de Lui » (11, v.57)

Au cours de ce repas, deux indications que Jésus est conscient de son départ prochain : «elle a gardé cela pour mon ensevelissement… vous ne m’aurez pas toujours avec vous. »

En Jean 13 : Sachant que l’heure était venue de passer de ce monde à son Père : « passer » c’est-à-dire vivre le passage par la mort pour retourner au Père dans la plénitude de la Résurrection.

Pour méditer, prier à partir de ces textes et/ ou des illustrations :

Je me place sous le regard du Père, Lui qui nous donne son Fils unique, ou auprès de Jésus dans l’une ou l’autre scène.

Je demande une grâce :

celle d’une connaissance intérieure de Jésus qui nous a tellement aimés afin de L’aimer davantage et de Le suivre de plus près,

ou celle de trouver ma « juste » place auprès de Jésus dans sa Passion-Résurrection.

Je relis ou relis les textes, l’un après l’autre ou je m’arrête à celui qui me parle davantage.

J’essaie de « sentir » le climat, l’atmosphère de ces scènes :

Le moment est grave mais empreint de sérénité, d’amitié, d’amour !

Je regarde les personnes, leurs attitudes, je pressens leurs sentiments, leurs désirs…

MARIE, prosternée, versant le parfum précieux sur les pieds de Jésus dans un geste de pro-fonde humilité, de respect, de reconnaissance, d’amitié

JESUS assis, accueillant cette manifestation d’amour… sachant que, prochainement, Il ne sera plus, dans le visible, auprès de ses amis.

Puis, ayant « déposé son vêtement », c’est-à-dire sa vie qu’Il va livrer pour tous, Jésus aux pieds de ses disciples, les lavant et essuyant, prenant la posture du serviteur, de l’esclave.

Reprenant son vêtement, comme le Père le revêtira de la Résurrection, Il s’adresse aux siens :

« Moi, le Seigneur et Maître, je vous ai lavé les pieds…

vous devez, vous aussi, vous laver les pieds les uns aux autres. »

« Vouloir être proche du Christ exige de se faire proche des frères, car rien ne plaît davantage au Père qu’un geste concret de miséricorde… La miséricorde renouvelle et libère… le coeur de pierre est transformé en coeur de chair, capable d’aimer malgré son péché… Il m’a été fait miséricorde, donc je deviens instrument de miséricorde. »

(Pape François)

Nous cheminons vers la Passion Résurrection… Etre aimé, se laisser aimer, aimer…

je m’adresse au Seigneur avec tout ce qui m’habite, dans un coeur à coeur humble et reconnaissant.

illustration :L’onction de Béthanie – le lavement des pieds : une mosaïque de M.I. Rupnik, sj.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.