Homélie d’au revoir

Dans l’Evangile de ce dimanche, nous retrouvons à 3x l’invitation à ne pas craindre. La première invitation nous demande de ne pas craindre la vérité : « Rien n’est voilé qui ne sera dévoilé, rien n’est caché qui ne sera connu ». En ce jour où je vous dis au revoir, je me dois de témoigner, je me dois de vous dévoiler la raison principale de mon départ. A ce propos, j’ai entendu pas mal de choses, l’imagination de certains est sans limites. Eh bien, si je pars, ce n’est pas pour me marier, non, ce n’est pas une promotion non plus, ni une punition, si je pars, c’est parce que j’ai été secoué par les paroles d’un chant, … le chant d’entrée : « Si tu sens un souffle du ciel, un vent qui secoue les portes, écoute la voix qui t’appelle, qui t’invite à marcher plus loin, c’est un feu qui s’allume et qui met dans l’attente, et qui fait surgir l’espérance d’aimer ». Si je pars, et si j’ai demandé un temps sabbatique de 6 mois, c’est parce que j’ai senti cet appel à aller plus loin, à aller plus loin dans la foi, dans la confiance en Dieu. Ce départ est avant tout le fruit d’une expérience spirituelle, un besoin de creuser, d’approfondir sa foi, un besoin d’intériorité. En caricaturant le chant de Michel Sardou, je pourrais dire : « Chers  paroissiens, je vous aime mais je pars, je ne serai plus votre curé, je ne m’enfuis pas, je m’envole, comprenez bien, je m’envole, sans fumée sans alcool ».

Ne croyez pas que je sois fort, ma force vient de Dieu, je vous demande de prier pour moi. Mes sentiments sont mélangés : tout à la fois content de pouvoir vivre ce temps sabbatique, et à la fois triste de vous quitter après 12 années à Uccle. Je tiens à  vous remercier tous pour tous les beaux moments vécus ensemble, et je remercie en particulier l’abbé François avec qui j’ai vécu 6 années en communauté, je remercie mes confrères Robert, Alejandro, et Jean. Il ne faut pas seulement remercier ceux qui partent, il faut également remercier ceux qui restent, merci à eux de prendre le relais, merci à tous ceux qui les aideront.

Je vous demande pardon pour toutes les fois où je vous ai blessé. Si j’ai un souhait, c’est que vous continuiez à rechercher l’unité et la paix par le moyen de la charité. Je souhaiterais également à chacun cette chance que j’ai de pouvoir partir quelques mois, pour aller vers la connaissance de soi et de la volonté de Dieu sur soi.

Je souhaite conclure en remerciant Mgr Kockerols et Mgr de Kesel qui m’ont accordé ce temps sabbatique et qui m’ont nommé responsable de l’Unité Pastorale de la Woluwe à partir de janvier prochain. Vous  voyez, je ne serai pas très loin, mon voyage est avant tout un voyage intérieur, rendons grâce au Seigneur dans cette eucharistie pour  tous ses bienfaits. AMEN.

+ Abbé Guy Van Den Eeckhaut, 25 juin 2017, 12° dimanche année A

Une pensée sur “Homélie d’au revoir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *