Homélie d’au revoir (l’autre moitié)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses Apôtres : « Ne craignez pas les hommes ; rien n’est voilé qui ne sera dévoilé, rien n’est caché qui ne sera connu. Ce que je vous dis dans les ténèbres, dites-le en pleine lumière ; ce que vous entendez au creux de l’oreille, proclamez-le sur les toits.
Ne craignez pas ceux qui tuent le corps sans pouvoir tuer l’âme ; craignez plutôt celui qui peut faire périr dans la géhenne l’âme aussi bien que le corps. Deux moineaux ne sont-ils pas vendus pour un sou ? Or, pas un seul ne tombe à terre sans que votre Père le veuille. Quant à vous, même les cheveux de votre tête sont tous comptés. Soyez donc sans crainte : vous valez bien plus qu’une multitude de moineaux.
Quiconque se déclarera pour moi devant les hommes, moi aussi je me déclarerai pour lui devant mon Père qui est aux cieux. Mais celui qui me reniera devant les hommes, moi aussi je le renierai devant mon Père qui est aux cieux. »


Jésus nous incite ce matin à la confiance. Confiance bien sûr pour nous deux qui partons à l’aventure, mais aussi pour vous tous pour lesquels un nouvel et bel avenir se dessine sans nous.

J’ai pris connaissance de cet évangile il y a seulement 3 jours, et j’ai été frappé à quel point cette Parole est pile poil celle qu’il faut aujourd’hui pour nous deux comme pour vous tous, prêtres et laïcs. Elle esquisse un nouveau programme de vie :

  • être franc, vivre dans la transparence, et pas dans les chuchotements. Tout fini par se savoir. Même ce fait incroyable que Jésus est Seigneur.
  • Ne pas s’en faire. Nous sommes dans la main de Dieu. Le seul vrai combat est le combat spirituel contre celui que la Bible appelle l’Adversaire, le Menteur, l’Accusateur.
  • Annoncer, sans arrogance mais sans honte, que nous sommes les disciples, les frères, les amis de Jésus-Christ. Et cela dans tous les milieux qu’il nous est donné de côtoyer. Ne pas rester entre soi comme une secte.

Mon départ, comme pour Guy, est une réponse à un appel. Mais de façon différente. Dans mon cas on m’a demandé de participer à une expérience un peu folle (peut-être bien adaptée à mon état mental 😁) :  rendre toute une communauté chrétienne missionnaire. Encore fallait-il que la communauté visée, et son responsable, soient d’accord. Et moi aussi, d’ailleurs, à mon âge. Comme Dieu sait bien que j’ai une tête de pioche et la nuque raide, il a, comme d’habitude avec moi, utilisé son artillerie lourde. Il a mis en œuvre des arguments auxquels je résiste difficilement. Lesquels ? Je vous raconterai cela après la messe, si vous êtes intéressés.

Comme je n’ai pas de confrère dans l’UP, je ne peux les remercier. Mais je vais remercier en particulier celui qui n’en est pas un : Guy. Un prêtre et un diacre ensemble, c’est un peu vouloir combiner l’eau et le feu. Pourtant, malgré cela, nous sommes parvenus à vivre une vraie fraternité. Merci Guy. Et peut-être que c’est cela l’Église. Je remercie bien sûr aussi vous tous, les prêtres et les laïcs de l’UP, qui ont accepté un OVNI de mon genre dans leur communauté. Vous avez été un cadeau pour moi. Je sais bien qu’aimer n’est pas toujours simple, car on a des faiblesses puis des blessures. Et immédiatement on se met une carapace de protection. Il est vital alors de se souvenir des paroles de Jésus : « même les cheveux de votre tête sont tous comptés ». Il est vrai que pour moi, c’est de + en + facile à compter ! Je vais alors reprendre un autre comparaison : ce qui me sauve lorsque j’ai difficile à aimer est de me rappeler que mon nom est inscrit de façon indélébile dans le cœur de Dieu, ou dans la paume de sa main, pour reprendre Isaïe.

Mais surtout, surtout, maintenant qu’un nouveau départ s’offre à l’Unité Pastorale, n’oubliez jamais les Paroles de Jésus aujourd’hui. Souvenez-vous : « Soyez donc dans crainte, pour votre Père, vous valez bien plus qu’une multitude de moineaux. » Pourquoi ? Car en chacun de vous, Il a mis tout, je répète : tout, son amour. Alors, n’hésitez pas à louer le Seigneur de tout cœur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *