La place des religions dans la société actuelle

Ce 1er mars, l’église Saint Marc était pleine. Monsieur Daniel Hublet, conseiller communal à Uccle, présentait la troisième conférence dans le cadre de son cycle 2017 – 2018. Après la sécurité et la mobilité et avant la justice, Monsieur Hublet avait invité Mgr De Kesel à s’exprimer sur le thème de « La place des religions dans la société actuelle ». Le compte rendu des conférences de ce cycle sont sur le site www.dhublet.be.

 

Voici la vidéo de cet exposé :

 

Une pensée sur “La place des religions dans la société actuelle

  • 24 mars 2018 à 18:29
    Permalink

    Bonjour Daniel
    Tout d’abord, un grand merci de nous faire partager la conférence de Monseigneur De Kessel.
    Après une lecture attentive, j’ai choisi quatre extraits qui ont retenu mon attention. Je les cite dans le désordre en fonction de l’importance que je leur attribue par rapport à ma personne.
    1. « Conserver ses racines et être en quête du sens de la vie »
    Je me réjouis très souvent, grâce à une mère très chrétienne, d’avoir été élevé dans la foi catholique; ce qui n’est pas le bonheur de tout le monde, même si, comme le dit Monseigneur: « l’homme est anthrologiquement religieux ». En effet, le milieu dans lequel l’être humain prend naissance, peut le destiner à un parcours privé de Dieu.
    D’autre part, au contraire de nombreux hommes et femmes qui abandonnent le chemin de l’espérance, je me réjouis – après la cinquantaine – d’avoir été dans la quête du sens de la vie. Et ce que j’ai ainsi découvert, en connaissances étonnantes de vérité, ce le fut en prenant des chemins « de traverse » dont l’Eglise se méfie généralement. Ce qui n’est pas le cas, par exemple, de Gabriel Ringuet en qui je porte une grande estime.
    2. « Perpétuer la liberté de conscience ». Voilà bien un sujet qui aurait mérité un certain développement par cet homme d’Eglise.
    De quelle conscience parle-t-on ici ? Pour ma part, la conscience qui habite l’homme vient de Dieu et elle mérite un regard bienveillant car j’ai appris qu’il existe une plus grande Conscience à laquelle il est possible d’accéder. On parle alors d’éveil de conscience. De plus, je regrette que les prêtres ont trop occulté cet aspect de notre personne: l’âme qui nous anime. Pour moi, âme et conscience vont de paire et leur source est à chercher dans l’entité divine à partir de laquelle tout homme s’incarne, qu’il le sache ou qu’il l’ignore !
    3. « Un vide que l’homme cherche à combler ». Dans un monde essentiellement matérialiste, le commun des mortels n’a pas conscience d’un vide, trop préoccupé de « vivre sa vie » à sa manière, sauf lorsque les circonstances l’éclairent. Je pense à cet américain – grand neurologue agnostique – qui sombra dans un coma profond, pour ensuite revenir à la vie, transformé et à même de raconter son expérience extraordinaire. A lire: Dr Alexander; son livre: La preuve du paradis.
    4. Je pense que l’Islam est un sujet qui préoccupe assez bien Monseigneur. Comme lui, j’estime que cette religion est le siège de dérives alarmantes, dont on voit les résultats à tous moments, chez ces héros fanatiques qui tuent et sont convaincus de gagner ensuite le paradis des « croyants ». Ils en arrivent à tuer ceux de leur race sans le moindre scrupule – Syrie, Irak, Yémen – tandis que les autorités religieuses condamnent à mort ceux qui osent renoncer à la foi dans le Coran.
    Bien d’autres choses seraient à aborder. Peut-être plus tard !
    Bien cordialement
    Léon Grognard

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.