Refonder l’église

Abbé Benoît Hauzeur

Ce 9 septembre, notre doyen Benoît Hauzeur prononçait une homélie « musclée » et sans langue de bois qui a probablement surpris certains. Partant de l’évangile de St Marc et du thème choisi pour l’année pastorale « Paroles et Chemins », il s’est situé d’emblée dans la droite ligne de la pensée récemment exprimée par notre souverain pontife.

 

En effet, coup sur coup, deux documents nous sont venus du Pape François dans lesquels il nous demande pas moins que de refonder nos priorités et nos actions au sein de l’église.

 

Le 20 août François publiait une « LETTRE AU PEUPLE DE DIEU ».
Dans cette lettre, partant de la douleur devant la constatation de «l’ampleur et la gravité des faits » reprochés et commis par des membres de l’église, François nous montre le « cléricalisme » comme un terreau favorable aux abus et aux dérives et demande une mobilisation de tous pour refonder, avec l’aide de Marie, l’action de l’église sur la personne du Christ. Il cite à ce sujet Jean Paul II : « Si nous sommes vraiment repartis de la contemplation du Christ, nous devrons savoir le découvrir surtout dans le visage de ceux auxquels il a voulu lui-même s’identifier ».
C’est affaire de chacun et de tous comme il le dit un peu plus loin dans sa lettre : « Il est impossible d’imaginer une conversion de l’agir ecclésial sans la participation active de toutes les composantes du peuple de Dieu. »

 

Le 8 septembre François, devant un auditoire d’évêques, prononce un discours sur le thème « QUI EST L’EVEQUE ? ». Dans ce discours il revient de façon très concrète sur les thèmes de sa « LETTRE AU PEUPLE DE DIEU ». Même si ce discours est adressé à des évêques, il peut être lu par tous ceux qui, de près ou de loin, trouvent un intérêt et s’engagent dans la vie de l’église. Dans sa conclusion il a ces mots qui s’adressent à chacun de nous :
« Enfin, chers frères,  méfiez-vous, je vous en prie, de la tiédeur qui conduit à la médiocrité (…)  Méfiez-vous de la tranquillité qui esquive le sacrifice ; de la précipitation pastorale qui conduit à l’intolérance ; de l’abondance de biens qui défigure l’Evangile. (…)Je vous souhaite au contraire la sainte inquiétude pour l’Evangile, la seule inquiétude qui donne la paix. »

(pour consulter les documents cliquer sur les caractères en bleu) 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.