Thème de l’année pastorale de l’Unité pastorale Boetendael 2019-2020: vivre son baptême!

Comme chaque année, l’équipe pastorale de notre Unité de Boetendael a pris le temps de discerner à propos d’un thème pour l’année pastoral 2019/2020, et le choix s’est porté sur : vivre son baptême.

En effet, le baptême est source et origine de toute notre vie chrétienne et de toute notre vie!  Non pas uniquement parce qu’il nous lave du péché, ou parce qu’il fait entrer le nouveau baptisé dans la communauté chrétienne, ou encore parce qu’il nous plonge dans la mort et la résurrection du Christ faisant ainsi de chaque baptisé un homme nouveau.  Mais, aussi, parce qu’il nous fait plonger dans le nom de Dieu que l’on pourrait nous entendre dire «  …tu as été plongé dans le même nom que moi, ton Dieu : « Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit ».  Incroyable !  Rendez-vous compte, imaginez quelle chance si, sur nos fronts d’enfant nouveau-né on avait évoqué des noms prestigieux comme Platon ou Einstein ![1]  Ou pour les jeunes d’aujourd’hui : Ronaldo ou Zuckerberg (créateur de Facebook) !

Dès lors que nous sommes baptisés, Dieu vient habiter en nous.  Nous ne sommes plus seulement des hommes et des femmes, nous sommes des enfants, des fils et des filles de Dieu : « A ceux qui l’ont reçu, à ceux qui croient en son nom, Il a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu » (Jn 1, 12).  Entendre une telle parole, que nous avons la capacité de devenir enfant de Dieu, voilà bien une parole de vie et une Bonne Nouvelle.  Et tout l’Evangile va montrer comment ceux qui ont entendu, reçu cette parole de vie ont été transformés !

Par le baptême, le chrétien est déclaré « prophète, prêtre et roi ».  C’est le côté vocationnel du baptême.  Ce terme de vocation est bien souvent mal compris et pourtant il fait partie de notre vie chrétienne.  Notre vocation prophétique se manifeste chaque fois que nous parlons d’une manière ou d’une autre de Dieu.  Il ne faut pas pour autant tenir un discours sur Dieu, il suffit d’avoir une parole d’espérance, de soutien, voire d’éveil de la conscience de l’autre sur ce qui l’écarte de la vie (Laudato Si par exemple), d’être témoins dans nos comportements de notre foi.  La vocation sacerdotale baptismale (prêtre) se manifeste chaque fois que nous œuvrons à la mise en communion avec Dieu : conduire ses enfants à la messe ou au catéchisme, porter le sacrement des malades, avoir la responsabilité d’une catéchèse, aider à la réconciliation dans sa famille, au travail entre amis.  Quant à la vocation royale, elle a attrait au service, la charité, l’aide aux plus démunis ou à la fragilité physique ou psychique de ceux qui nous entourent.

Aujourd’hui nous avons entendu dans l’Évangile[2] les apôtres demander à Jésus : « augmente en nous la foi » et Jésus semble répondre dans la deuxième partie de l’Évangile de ce jour : « augmentez en vous le désir de servir ».  Saint Paul quant à lui semble aussi répondre à la question des apôtres en s’adressant à Timothée, en lui donnant un conseil plus stimulant : «  ravive le don gratuit de Dieu, ce don qui est en toi depuis que je t’ai imposé les mains »[3], c’est-à-dire depuis ton baptême.

« Augmentez en vous le désir de servir », voilà ce qui peut nous habiter tout au long de cette année pastorale. 

Sachez que l’unité pastorale c’est d’abord l’affaire de tous les baptisés ( sans exception) ; ce n’est pas seulement l’affaire de quelques-uns (prêtres, diacres, animateurs pastoraux, laïcs engagés), elle l’est de tous ET de quelques-uns.  Voilà pourquoi, si l’équipe pastorale d’unité est l’organe qui discerne les orientations pastorales à donner à l’ensemble de l’Unité, elle doit aussi être à l’écoute de la communauté de tous les baptisés, sans distinction de « pratiquants réguliers ou non réguliers ».  

Quant à la prise en charge de la pastorale, celle-ci doit être l’affaire de l’ensemble des membres de la communauté.

Nous aurons à nous adresser à tous les baptisés, et bien au-delà à tous les êtres humains.  Pour cela, il nous faut chacun éveiller notre vocation baptismale, afin de nous mettre au service d’une Eglise « en sortie » comme dit le Pape François, en sortie de ses habitudes, de son confort.

Dans ma vision, l’unité pastorale n’est pas seulement « pour tous » mais également « de » et « par » tous (tous les baptisés).   Nous tâcherons, tout au long de cette année pastorale, d’augmenter les initiatives pour être à l’écoute des paroissiens (forum des familles par exemple), de développer des moyens de formation et d’information sur la vie chrétienne, sur les engagements pastoral et diaconal.  Nous avons trois clochers qui possèdent des spécificités en fonction de leur configuration et de leurs environnements social et culturel.  Ils demandent des missions spécifiques. 

Voilà pourquoi je fais appel à chacun d’entre vous, pour que vous veniez nous rejoindre pour ensemble bâtir l’Unité de Boetendael.  « Augmentez en vous le désir de servir », cela commence par venir s’informer de ce qu’il y a comme possibilité de faire.   En avant propos, sachez que nous avons besoin de voix pour renforcer les chorales de nos clochers, pour donner de la joie dans nos célébrations, de lecteurs pour éviter que ce ne soit toujours les mêmes qui lisent à chaque célébration, de votre charité pour la pastorale de la santé qui visite les malades, les personnes âgées (celles qui sont peut-être à côté de chez vous), de quelques heures par semaine pour renforcer l’école des devoirs, pour les cours de cuisine pour les plus démunis, pour renforcer la catéchèse d’éveil à la foi lors de nos célébrations dominicales, des sacrements d’initiation chrétiennes et la liste est longue.  

Tout ceci, j’en suis convaincu, n’est possible que si chacun de nous s’engage dans une conversion missionnaire alimentée par une prise de conscience du don qu’il a reçu à son baptême.

Je compte sur vous, car je le rappelle, l’Unité pastorale ce n’est pas l’affaire de quelques-uns c’est l’affaire de tous, c’est aussi votre affaire. 

Nous porterons tous ceci dans notre prière au moment de nous avancer à la table eucharistique pour  confier cela au Seigneur. 

Merci.

Jean Sadouni


[1] Je cite ici A. Gesché dans son livre : L’homme – dans sa collection « Dieu pour penser »

[2] Evangile selon Saint Luc : 17, 5-10 du 27ème dimanche du temps ordinaire.

[3] Lettre de Saint Paul  à Timothée 1, 6-8. 13-14

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.