Tu es pierre ….

Evangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (16,13-20)

A Césarée de Philippe, Jésus se retrouve à nouveau en terre étrangère, une ville qui est située près des sources du Jourdain. Jésus qui attire à lui beaucoup de monde, s’enquiert de ce qu’on dit de lui en dehors de sa communauté de disciples. Il faut bien admettre que la véritable identité de Jésus est enveloppée de mystères et que Jésus lui-même entretient le flou autour de sa personne. Les juifs les plus érudits, les plus observant de la loi, jusqu’aux propres disciples qui suivent Jésus, depuis des mois, se perdent en conjectures à son sujet. Si Jésus fait ici un sondage d’opinion, ce n’est pas pour mieux se connaître lui-même, mais pour permettre à son entourage de mieux prendre conscience de ce qu’il est réellement.

D’après les réponses que donnent ses disciples, on voit bien que l’opinion publique est partagée dans le détail mais unanime sur le fond : Jésus n’est pas un homme ordinaire ; ses paroles et ses gestes font de lui une personnalité religieuse exceptionnelle. Les apôtres citent à son sujet les prophètes les plus prestigieux du passé : Elie, Jérémie, Jean Baptiste.

La réponse de Pierre qui le reconnaît comme Messie, l’envoyé du Père, ne vient évidemment pas de sa relation affective avec Jésus. Pour accéder aux réalités divines, il faut une révélation de l’Esprit Saint. L’intelligence humaine est radicalement incapable de définir Dieu, l’au-delà de tout.

Jésus va complimenter Pierre de sa réponse et créer ainsi une dynamique positive qui va construire et affermir la foi de Pierre. Le moment est venu pour Jésus de confier à Pierre et aux autres apôtres une mission particulière, avec pleins pouvoirs, pour construire son Eglise.

Le Seigneur lui-même s’est engagé envers Pierre et envers son Eglise. Il n’a pas dit à Pierre : « Tu bâtiras l’Eglise » ; mais bien « Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise ». Autrement dit, c’est le Seigneur qui est à l’œuvre avec son apôtre qu’il accompagne.

Jésus sait bien que cela ne se fera pas en une génération, d’où l’emploi du futur pour l’aide permanente que Jésus accordera à son Eglise. Jésus prend ce risque de confier Pierre la responsabilité de la maison de Dieu conformément au dessein de Dieu dans l’histoire du salut. Faire coûte que coûte confiance à l’homme. Le Christ a vraiment donné des pouvoirs à Pierre et il faut écouter Pierre. Pierre peut être comparé à un nouvel Abraham. C’est ici à Césarée de Philippe que le nom de Simon fils de Yonas, deviendra Pierre. Et c’est ainsi que l’Eglise s’est bâtie sur Pierre, sur ses disciples et se bâtit sur nous-mêmes, pierres vivantes, confessant le vrai Dieu, à la suite de Pierre.

Abbé François

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.