Père Charles nous dit : « MERCI ! »

Bonjour  à tous,
Même si les jours passent, je ne saurais jamais oublier mes parrains. Aujourd’hui samedi 16 novembre, j’avais célébré l’Eucharistie à Saint Pierre. Comme d’habitude, j’étais accompagné par le Docteur et Madame De Backer.
Je vous envoie, sous forme d’article, le mot de remerciement que j’avais prévu.
J’espère que vous pourrez le publier pour toute l’Unité Pastorale.

R.P. Charles KUSIKA NZAU

Photos prises le 16 novembre par Pamphile Dahounto

LE MARASME CONGOLAIS

«  L’éducation et la nourriture. « 
un défi vital.

Samedi, 33e dimanche ordinaire C
Paroisse Saint Pierre
Uccle Bruxelles

Dès son accession à l’indépendance, le 30 juin 1960,  la R.D.Congo était comptée parmi les pays d’Afrique les plus stables et prometteurs d’un bel avenir social et économique. Malheureusement, très rapidement, le pays est tombé dans une situation de misère qui perdure jusqu’à aujourd’hui, où plus de 80% de sa population vit en dessous du seuil de la pauvreté, selon les déclarations de l’Organisation de Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO).

Devant une telle situation de misère, que peut être la réaction évangélique de l’Eglise du Congo? L’action du Nazaréen dans Luc 4 :18-20, serait la réponse prophétique pour éclairer  l’engagement missionnaire d’une Eglise auprès d’un peuple abandonné à son triste sort :

« L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a oint pour annoncer la bonne nouvelle aux pauvres. Il m’a envoyé guérir ceux qui ont le cœur brisé, proclamer aux captifs la délivrance, aux aveugles le retour à la vue, libérer les opprimés, … (donner l’éducation à la jeunesse désœuvrée, nourrir le peuple affamé)…,  publier une année de grâce du Seigneur ».

 Depuis 2000, après mon court séjour de formation théologique pastorale à Bruxelles, à Lumen Vitae, j’avais compris que pour pallier à la misère de la population souffrante de mon pays, il faut s’investir dans deux domaines qui sont un réel marasme du pays : L’éducation et la nourriture. Il est vrai que le peuple congolais souffre de manque d’éducation et de la faim.

Plus de 70% de la jeunesse congolaise est illettrée et ne bénéficie pas d’une éducation de base. Comment penser à un avenir radieux d’une nation sans une jeunesse éduquée ?

Actuellement, la R.D.Congo est dépendante de l’extérieur pour plus de 80% de sa survie alimentaire, pourtant elle est l’un des pays le plus nanti en faune et en flore arable du monde. Aussi, malgré sa faune et sa flore, la misère se vit sur l’ensemble de son territoire.  Pire de tout, plus de 80% de ses terres restent encore non exploitées depuis la création de l’humanité. Mon peuple est semblable à une souris qui meurt de faim, alors qu’elle est enfermée dans un sac de 100kg, plein d’arachides.

La R.D.Congo a besoin des missionnaires charismatiques à la manière de ses premiers missionnaires belges, français, allemands, espagnols, portugais, etc. qui ont bâti notre pays. Ses missionnaires ne viendront plus jamais de l’extérieur. Ce n’est que les Congolais eux-mêmes qui doivent croire en leur engagement missionnaire et s’investir en donation pour leur peuple.

En ce 33e dimanche du temps ordinaire C, je viens encore saisir cette opportunité pour dire MERCI à vous mes sœurs et frères chrétiens de l’Unité Pastorale de Boetendael pour  votre grand soutien moral et surtout financier(*) dans la construction de mes œuvres pastorales : l’éducation de la jeunesse congolaise et la vulgarisation de l’agroalimentaire.

Si aujourd’hui, grâce à votre soutien, j’ai réalisé mon rêve de l’éducation en créant à Kimpese deux grands Collèges qui comptent plus de 700 élèves ; de la maternelle jusqu’aux humanités : le Collège le Bon Secours et le Collège Père KUSIKA,  je voudrai maintenant que vous m’accompagniez dans la croissance de l’Institut Supérieur des Techniques Appliquées en Chimie Agroalimentaire (ISTACHA) et du Centre d’Information et de Vulgarisation Agroalimentaire de Kimpese (CIVAK) qui sont mon second rêve pour sortir la R.D.Congo de sa dépendance alimentaire. 

Ce qui fait ma joie aujourd’hui, c’est de voir que l’actuel Gouvernement de mon pays met un accent particulier sur l’éducation de la jeunesse et le lancement de l’agriculture portée par l’agroalimentaire comme cheval de bataille de la Lutte Contre la Pauvreté et les Inégalités. Longtemps les gouvernants congolais ont cru que le pays sera sauvé par le butin de l’exploitation minière. Cette idée a renfermé le pays dans une prison où les guerres fratricides appauvrissent l’ensemble de la population. Depuis 2004, Année de la création de l’ISTACHA, nous n’avons jamais cessé de tirer sur la sonnette d’alarme en disant : Ce n’est que par l’agriculture, appuyée par l’agroalimentaire que la R.D.Congo sortira son peuple de la pauvreté. Rêver aux mines n’est que source de guerres,  de discordes et de la misère du peuple.

R.P. Charles KUSIKA NZAU, C.Ss.R.
Kimpese (Kongo Central)/ RDCongo

(*) Le Père Charles est venu vers nous parrainé par le docteur De Backer. Initialement introduit auprès de la paroisse Saint Pierre, puis grâce à l’abbé d’Hooghe auprès de la paroisse Saint Paul, il est maintenant soutenu par notre Unité Pastorale. Lorsque l’église Saint Paul a été confiée à une communauté de chrétiens orthodoxes roumains, ceux-ci ont tenu à continuer de soutenir le Père Charles.




En 2017, nous avons pu réaliser un montage vidéo pour présenter l’ISTACHA et le CIVAK avec le commentaire du Père Charles lui-même.




L’abbé Guy Van de Eeckhaut accompagné de Jacques Beckand s’étaient rendus à Kimpese pour célébrer le jubilé sacerdotal du Père Charles et en avaient ramené une vidéo.


Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.